Ce qu'un inhalateur pourra nous dire

 

Le nom

Le médicament a souvent deux noms. En grosses lettres, celui donné par le producteur. En petites lettres, d’habitude en dessous, son nom international (sa formule). Ainsi apprenons-nous que le nom international de la Ventoline est salbutamol. L’Airomir, c’est aussi du salbutamol, ainsi que l’Asmasal et le Spréor.  (Tout comme le salbutamol, Loran Asthmatix a plusieurs prénoms : sa femme l’appelle Lo, son ami Maurice, Lolo, et à l’école, on le surnommait « Loco » (il bougeait beaucoup). Mais, dans l’essentiel, il reste toujours M. Loran Asthmatix).

 

Combien de médicament il y a dedans.

 

       Sur chaque inhalateur de poche est marqué le nombre des doses qu’il contient. M. Asthmatix n’y a pas fait attention tout de suite.

Si on appuie et qu’il en sort quelque chose, c’est que le petit bonhomme vit encore. Les inhalateurs sont chers, il faut donc les utiliser à 100 %. Alors, un jour, malgré le traitement régulier, M. Asthmatix a eu une crise grave. C’est sa femme Marie-Joëlle qui a deviné la raison de cette crise. « Lo, mon chéri, tu as cet inhalateur depuis des siècles, ça doit faire longtemps qu’il est vide…». Le Docteur Soin-Bobo l’a confirmé : c’est le gaz porteur qui continue à sortir de l’inhalateur, mais il n’y a plus de médicament. Les producteurs sont des gens de commerce, ils n’y mettront jamais plus qu’il n’est indiqué sur l’étiquette.

Aujourd’hui, plusieurs sociétés équipent les inhalateurs avec des compteurs de doses, pour que l’on puisse voir tout de suite, combien il en reste. Mais, quand il n’y a pas de compteur, M. Asthmatix tâche de noter le jour où il s’est servi de l’inhalateur pour la première fois, pour savoir approximativement quand il devra le remplacer pour ne pas mettre sa santé en danger.

 

Le délai de validité

 

            Sur l’étiquette de l’inhalateur, on écrit toujours son délai de validité. Ce n’est pas que le contenu va tourner une fois ce délai expiré, mais les capacités du médicament baissent considérablement. Garder son inhalateur bien-aimé pendant des années « pour les mauvais jours » peut ne pas se révéler très économe, car il peut tout simplement cesser d’agir.

            Une triste histoire s’est passée avec une collègue de maladie de M. Asthmatix, une Américaine qui, comme lui, souffrait de l’asthme. On lui a prescrit le traitement d’un inhalateur anti-inflammatoire.  Pendant quelque temps, elle s’est sentie bien, ensuite, son état a empiré, bien qu’elle appliquât le traitement honnêtement. A chaque consultation les médecins vérifiaient si elle utilisait correctement l’inhalateur – et oui, elle le faisait correctement. La malade se sentait de plus en plus mal, elle cherchait de l’aide, changeait de médecin. Le troisième médecin est venu la consulter chez elle (elle marchait déjà à peine) et lui a demandé de montrer l’inhalateur. En le soupesant, il a senti que l’inhalateur est vide. Mais depuis quand vous vous en servez ? demande le docteur. Vous voyez bien, répond la malade, c’est écrit : valable jusqu’au 2010 (cela s’est passé en 2009). Et je l’utilise depuis qu’on me l’a prescrit.

            Bien sûr, le docteur a tout de suite compris, et il a expliqué à la femme que les 200 doses qu’il y avait dans l’inhalateur, elle les a terminées pendant le premier mois de traitement, et les 2 derniers mois, n’inspirait que de l’air. La triste histoire a bien fini, la malade a commencé à prendre du médicament réel, et son état est revenu à la normale.

 

            Le délai de validité, c’est le temps pendant lequel on peut garder le médicament sans qu’il perde ses capacités médicales.